Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La plage lors de la marée

La morale du grand nombre

26 Août 2014, 10:58am

Publié par L'Océan

"Malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal. (Esaïe 5.20)

"Un philosophe du début du 20è siècle a défini la moral comme "ce qui plaît au plus grand nombre". Soljenitsyne, le célèbre combattant russe pour la liberté, s'indigne d'une telle conception. Il écrit: "Dans ces conditions, le mal peut devenir bien s'il recueille une majorité de voix, et le bien devenir mal s'il se révèle minoritaire".

Le relâchement des moeurs que nous connaissons est une conséquence de cette manière de voir. Car elle ouvre la porte aux pires excès. Elle revient à nier toute vraie distinction entre le mal et le bien, et à faire taire la conscience naturelle.

La Parole de Dieu (la Sainte Bible), ne laisse aucun doute sur ce qui attend une humanité refusant toute référence à Dieu. Elle annonce qu'aux derniers temps les hommes seront égoïstes, orgueilleux, sans affection naturelle, sans respect des valeurs morales (2 Timothée 3.2; Jude 18). Elle mentionne le feu du ciel qui a frappé Sodome, pour annoncer le jugement de ceux qui se rendent ainsi coupables en méprisant les instructions divines (Jude 7).

Cette prétention du grand nombre à dicter la morale nous rappelle que le chemin qui mène au jugement est large et spacieux, et que beaucoup l'empruntent. Voulez-vous suivre cette foule? Cherchez plutôt le chemin qui mène à la vie. Il est moins fréquenté, il n'y en a qu'un: c'est Jésus-Christ. Il nous dit: "Moi, je suis le chemin, la vérité et la vie; personne ne vient au Père si ce n'est pas moi" (Jean 14.6. "

Extrait de la bonne semence 2014

J'ai été très touché en lisant ce texte, qui pour moi, reflète une réalité évidente. Lorsque nous regardons autour de nous, notre entourage, à notre travail, dans nos voisinages, nos rues, nos quartiers, nos villes, nos pays, ce monde, nous pouvons voir effectivement tout ce que cite ce passage. Nous pouvons voir le déclin de cette société. Oui, si nous voulons vraiment, réellement, le voir, nous le voyons. Oui, le monde est égoïste, orgueilleux, sans affection, sans respect des valeurs morales. Le monde est dans un tel état que l'on pourrait se demander s'il est possible de devenir encore plus "fou", encore plus égoïste, encore plus méchant. Quand on voit ce que des êtres vivants, appelés humains, sont capables de faire à leurs semblables, aux animaux, mais aussi à la nature autour d'eux, nous avons de quoi nous interroger sur le devenir de ce monde et de cette planète. Nous avons de quoi nous interroger sur le devenir de cette humanité.

Mais ce qui me trouble le plus encore, c'est que non seulement nous n'avons plus le respect des valeurs morales, mais nous n'avons pas non plus le respect des valeurs spirituelles et bibliques. Qu'est donc devenu l'un des premiers commandements: "tu aimeras ton prochain comme toi-même" ? Qu'en avons-nous fait? Dans ce monde qui va si mal, les croyants sont aussi "trempés" que les autres, dans le péché. Croyants de toutes religions, tout aussi bien que les chrétiens de toutes dénominations confondus. Oui, nous sommes autant impliqué dans la débauche de ce monde que les autres. Car ouvrons bien nos yeux et osons regarder combien parmi nous sont dans l'adultère, la pornographie. Combien parmi nous sont égoïstes et orgueilleux.Combien parmi nous sont capables de mensonges ou d'hypocrisie pour sauver leur "peau", même si pour cela ils doivent écraser d'autres personnes. Combien parmi nous sont capables d'abandonner femmes et enfants pour courir après des chimères. Combien parmi nous sont capable de laisser les leurs dans la misère, juste parce qu'ils n'ont pas envie de partager leurs biens; Juste parce qu'ils ont peur de manquer, de ne pas pouvoir se payer des loisirs, alors qu'ils ont tout et même trop. Combien parmi nous cette semaine ont, accueillie un étranger, tendu la main à un vieillard, donner à manger et à boire à quelqu'un qui n'a pas ou pas assez. Combien parmi nous ont posé un regard bienveillant sur un enfant, un regard de compassion sur un malade. Oui, combien parmi nous, cette semaine, celles d'avant et celles qui suivront, ont ou feront de telles choses?

Que sont donc devenu pour nous les commandements? Et particulièrement le deuxième: "tu aimeras ton prochain comme toi-même"? Et si nous ne les mettons pas en pratique comment osons-nous nous plaindre que ce monde va mal? Comment osons-nous rester là à regarder le déclin en considérant que c'est de la faute des autres? Je crois qu'il est temps pour nous, très largement temps, d'être enfin ces êtres que le Christ aimerait que nous soyons. Qu'il est temps, à sa suite de devenir des êtres de compassions, de bonté, d'amour. Des êtres vivant dans la vérité même si elle fait mal. Oui il est temps pour nous de mettre notre foi en pratique....

Jésus revenant sur terre, s'étonnerait qu'on le commente autant et qu'on essaie si peu de l'imiter.
P.A.

culte de dimanche 24 août